_
lauréat du palmarès
des jeunes urbanistes 2016

Loïc Parmentier

Loïc Parmentier

Né en octobre 1987 à l’ouest de Lyon, Loïc a grandi dans les monts du lyonnais, sur la commune de Montrottier.



C’est en fin de parcours au collège, vers l’âge de 14 ans, qu’il participe activement à des travaux de réhabilitation d’une vieille maison de bourg dans le cadre familial, pratique alors entièrement nouvelle pour tous. Ces trois années de découverte et de mise en pratique de la construction l’attire et l’intéresse beaucoup. Elles seront le support d’une première appréhension de l’architecture. Après avoir passé son baccalauréat scientifique à Tarare (69), il part étudier l’architecture à Clermont-Ferrand et découvre alors la discipline sous toutes ses coutures. Là encore, Loïc reste au contact de la matière puisqu’il réhabilite durant ses études une petite maison de bourg qu’il habite dans la petite ville de Billom (63).

Ses études sont marquées notamment par une troisième année d’étude aux Etats-Unis, sur le campus de Norman dans l’état d’Oklahoma. Il découvre alors de nouvelles pratiques liées à des cultures très marquées et prend goût au voyage. Pendant la fin de ses études supérieures, Loïc multiplie les stages et analyse la pratique professionnelle des architectes. Ce thème le préoccupe depuis sa première année d’étude et constitue le sujet de son mémoire de fin d’étude «10 points de césure entre architecte et société». Quelle pratique, dans quel lieu et surtout, quelles sont les conditions d’un bon exercice architectural ?

Diplômé en 2010, Loïc intègre dans la foulée l’agence d’architecture et d’urbanisme Obras architectes (Marc Bigarnet, Frédéric Bonnet) dans ses locaux Lyonnais. Les thèmes d’études sont extrêmement riches et variés et le niveau d’exigence de cette agence permet à Loïc de s’instruire en permanence. Théories et pratiques architecturales font parties du quotidien de l’agence, la dimension de recherche et d’enseignement est omniprésente. Il suit, auprès d’Olivier Malclès notamment, des études d’aménagement public en milieu urbain (Saint Etienne, Lyon, Toulouse), mais également dans plusieurs bourgs du Beaujolais.

Parallèlement, il se lance dans un projet personnel de rénovation d’une fermette en auto-construction située dans les monts du lyonnais à la limite de la plaine ligérienne. Ce projet est un terrain de jeu propice à de multiples expérimentations qui lui permettent une manipulation accrue de la matière et un développement de ses savoir-faire architectoniques.

Très vite, Loïc a le sentiment qu’il est nécessaire de garder contact avec l’enseignement et intègre en 2012 l’équipe enseignante en tant que contractuel à l’ENSACF. Il fait la connaissance de Simon Teyssou, enseignant-architecte, avec qui il tisse rapidement des liens, notamment sur la manière de pratiquer et d’enseigner l’architecture. Il est très rapidement séduit par la pratique atypique et remarquable de l’atelier Simon Teyssou.

Après trois années passées dans l’agence Obras Architectes, il fonde, en 2014, le collectif d'architectes « VIRAGE », un collectif de quatre ateliers tirant leur culture depuis le monde rural, avec Simon Teyssou, Mathieu Bennet et Félix Mulle architectes. C'est l'occasion d'un partage de services, d'expériences et d'idéaux.

Juliette Massé

Juliette Massé

Née en 1993, en Bretagne, Juliette a grandi dans un territoire rural.

A la suite d’un baccalauréat scientifique option arts plastiques, Juliette intègre l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne en 2011. Elle termine sa licence à la Scuola di Architettura e Design Eduardo Vittoria dans la région des Marches en Italie Centrale. Cette année lui donnera l’occasion d’approfondir ces connaissances en histoire et d’aborder la problématique de l’intégration dans un contexte patrimonial fort.

Durant son master à Rennes, elle développe son intérêt pour les problématiques écologiques, sociales et patrimoniales en milieu rural, en participant notamment à un atelier de projet du Solar Decathlon. Juliette axe ensuite son projet de fin d’études sur le développement d’une commune rurale haute-normande avec Anne-Laure Lagadic, collaboratrice à l’Atelier du Rouget au sein du collectif Virage. Elle rejoint l’Atelier de Montrottier en janvier 2017 pour un stage de six mois afin de se confronter un territoire rural différent. Titulaire du diplôme d’architecte DE depuis 2017, elle intègre l’agence en tant que collaboratrice en septembre de la même année.

Animée par des convictions écologiques, elle expérimente des méthodes de construction alternatives et traditionnelles par sa participation régulière à des chantiers participatifs encadrés par des artisans. Juliette a par ailleurs participé à une semaine de formation sur la construction en paille porteuse en juillet 2017.

Manon Champavère

Manon Champavère

Née en 1993, Manon grandit dans le territoire rural de la Haute-Loire aux portes du Massif Central.

Après un baccalauréat scientifique, elle est admise à l’Ecole Nationale Supérieure de Saint Etienne. Au cœur de la ville stéphanoise, elle découvre au fil de ces études un intérêt pour les chantiers participatifs, l’architecture d’usages et la conception d’espaces publics. Suite à sa licence, elle choisit donc de s’orienter dans l’urbanisme par le biais du Master Architecture Urbanisme Territoire. Associée à deux étudiantes, elle présente en juin 2016 son PFE sur le thème de « Habiter le paysage dans le territoire Sarro-Lorrain » où elle explore la question de l’usage et de l’habiter à différentes échelles : du grand territoire à une architecture de logements. En parallèle de son PFE, elle écrit son mémoire de fin études sur le thème de « L’urbanisme participatif » en s’interrogeant sur les nouvelles pratiques du métier d’architecte et notamment sur les collectifs.

En 2017, elle intègre une agence d’urbanisme et de paysage à Lyon, où elle y effectue sa HMONP. Au cours de la rédaction de son mémoire, elle découvre les actions et les projets du Collectif Virage sur les villages ruraux à l’occasion d’une étude de bourg au sein de son village natal.

Convaincue par l’éthique et la posture architecturale du Collectif Virage, elle intègre l’Atelier de Montrottier en mars 2018.

Salomé Curriez

Salomé Curriez

Originaire de Tours, Salomé intègre l’Ecole d’Architecture de Paris La Villette en 2010.

Après une année d’échange à Madrid en Espagne, où elle suit principalement des cours d’architecture du paysage et d’urbanisme, elle développe un intérêt pour l’urbanisme non planifié.

Elle prend alors une année de césure pour effectuer un stage à Valparaiso, au Chili, où elle participe à l’étude de « campamientos », quartiers auto-construits en périphérie de la ville. Son mémoire de fin d’étude, intitulé Valparaiso, les temps de la ville, s’intéresse à l’influence de la planification urbaine et de l’urbanisme réglementaire sur ces quartiers non planifiés. De retour en France, elle participe à l’Atelier d’Architecture et d’Urbanisme Franco-Mongol et réalise, avec Matar Lo, un diplôme sur un quartier de yourtes en périphérie d’Ulaanbaatar, visant à assoir ce quartier d’origine spontané menacé par les autorités.

En 2017, elle réalise un stage de 6 mois au sein du Collectif Faro, à Nantes où elle participe à la conception d’un projet d’équipement public et à la réalisation d’une étude urbaine en milieu rural.

Dans la continuité de son parcours, elle intègre l’Atelier de Montrottier en mai 2018 où elle travaille principalement sur des études urbaines.

Collaboration

Baptiste Lachèze (2018)
Samuel Ducloux (2016)
Laurie Gangarossa (2014 -2017)

Stagiaires

Ulysse HAMMACHE (2018)
Lucas LIOTARD (2018)
Théophile DUFAUD (2018)
Christopher JACQUES (2018)
Albane LACROIX (2018)
Maxime CARRION (2018)
Marie ROUX (2018)
Julie BOIRIN (2018)
Baptiste LACHEZE (2017)
Rodrigo VERGARA (2017)
Claire MALAVIEILLE (2017)
Lucille RABOT (2017)
Aubin PROST (2017)
Juliette MASSÉ (2017)
Thibault DESCHATRE (2016)
Marie DEPLAT (2016)
Ludovic THIVILLIER (2016)
François BOURDAUD (2016)
Florian DETANTE (2015)
Guillaume ESGLEAS (2015)